L'accueil, c'est comme une porte...


Écrire un article sur l’accueil dans un blogue culinaire... euh… quel est le lien? Après une très courte réflexion, j'ai rapidement conclu que la cuisine n’était pas trop loin dans mes propos puisque bien souvent, quand j’accueille, j’ai cuisiné un p’tit quelque chose. À moins que ce ne soit l’inverse : quand je cuisine, j’ai envie d’accueillir! Ou les deux…


Enfin la neige!

Avec cette belle neige, que j’ai accueillie avec beaucoup de plaisir samedi dernier, j’ai eu envie de capter en image les décorations de Noël extérieures de ma maison. Enfin! Ça ressemble à Noël! Je suis sortie dehors, tard dans la soirée (après avoir écouté un film de Noël bien au chaud), et j’ai tenté de recueillir dans mon appareil la luminosité, le scintillement, les couleurs et les formes que j’avais sous les yeux. Que c’est agréable la nuit dehors après une chute de neige! Se retrouver dans le calme de la rue déserte, être enveloppé par l’atmosphère feutrée qui règne. Et puis il y a ce sentiment de paix et de tranquillité à la vue du couvert de neige vierge, sans aucune trace d’activité humaine, sauf l’empreinte de nos pas. J’aime bien, de temps à autre, prendre le temps de cueillir des moments tout simples comme ceux-là.


Puis le lendemain, en regardant mes photos, j’ai eu envie d’écrire quelques mots sur l’accueil. La porte d’entrée bien en évidence m’aurait-elle inspiré le sujet? Ou bien ce serait mon petit-fils de 5 ans qui, avec sa sagesse d’enfant, m’a dit l’autre jour : « Moi je trouve Lulu, que la porte avec toutes les lumières autour, ça fait vraiment accueillant, ça donne envie d’entrer. »


En ce moment, parler d’« accueillir » ça peut faire surgir toutes sortes d’émotions, je sais. Plusieurs d’entre nous avons les ailes coupées dans notre liberté d’accueil en ce temps des fêtes. Je ne voudrais surtout pas créer de malaise. Je me suis tout de même amusée à chercher l’origine et les sens du verbe accueillir, puis je me suis prise à philosopher un peu sur le sujet.


Vous aviez sans doute remarqué que dans accueillir, il y a cueillir avec un de ses sens qui est de « ramasser, prendre ». Il y a aussi le préfixe a (ad en latin) dont le sens ici est « vers». Donc accueillir, dans un sens très large, c’est « prendre pour amener vers soi ». Il y a un aspect dynamique, un élan, une volonté; lorsqu’on accueille, on attire, on amène à soi des personnes, des objets ou même des idées, des projets, des émotions.


L’accueil, tout comme une porte, c’est une ouverture qui laisse entrer et qui nous met en jeu… ou non. Je vous laisse philosopher là-dessus.


Et quand je repense à ma porte d'entrée illuminée, accueillante, je me dis que cette année, je ne vais pas pouvoir recevoir toutes les personnes que je voudrais à la maison, mais je prendrai le temps d’en accueillir, peut-être, quelques-unes. Accueillir, c'est différent de recevoir, quand on y pense... Je vous laisse continuer à philosopher là-dessus, aussi.


Accueillir, c'est cuisiner

Accueillir, pour moi, ça implique souvent de cuisiner. Et ça me donne envie de vous laisser entrer (hum! on joue avec les mots) une fois de plus dans ma cuisine en vous proposant une petite recette. Cette fois-ci, je vous ouvre la porte (2e jeu de mot) sur une recette de bouchées de Noël que je fais depuis des années, certainement plus de 30! Il s’agit de boules sablées aux pacanes. Et savez-vous quoi? Elles n’ont rien d’italien… Oups! Je me permets cette ouverture (3e jeu de mots) sur mes recettes traditionnelles pour le plaisir de partager avec vous le bon goût de ces p'tits sablés beurre et pacanes! J’espère que vous laisserez entrer chez vous par la grande porte (j'ai bientôt fini avec mes jeux de mots, patience!) ces petites boules enneigées.


Refaire années après années ces bouchées, ça me connecte chaque fois sur les personnes qui vont les manger. Je ne les verrai sans doute pas toutes cette année, mais je les aurai accueillies, en pensées, pendant que je cuisinais!



Avant de vous quitter, je veux vous remercier pour tous ces beaux rendez-vous de cuisine partagés soit en ligne, soit ici chez Per il gusto ou dans un jardin quelque part où j’ai offert des ateliers. Vous faites partie de mes plaisirs de la vie puisque vous me permettez de transmettre ma passion et aussi de partager des bons moments autour d’une table, autour des assiettes et des casseroles! Merci.


Je vous souhaite une belle et bonne année 2022!


Pour ma part, je me propose d'accueillir cette nouvelle année avec la plus grande ouverture possible (incluant l'ouverture d'esprit!) et d’ouvrir la porte à tout ce qu’il y a de plus beau… et de plus délicieux.


Au plaisir,

Lucie


Note : Mais j'y pense, Per il gusto fêtera ses 15 ans en septembre 2022. 15 années de passion pour la cuisine italienne et de voyages culinaires. Wow! On va célébrer ça!






100 vues

Posts récents

Voir tout